«

»

Le Réseau Local d’Echouage de la Polynésie française

Pourquoi un Réseau Local d’Echouage ?

La fréquentation régulière par de nombreuses espèces de cétacés, l’étendue considérable du territoire et l’importance de l’interface terre/mer liée à la multitude d’îles qui composent la Polynésie française sont autant de facteurs pouvant justifier d’un nombre important d’échouages.

En effet, des informations sur les échouages de ces animaux morts ou vivants parviennent régulièrement à la Direction de l’Environnement de la Polynésie française (DIREN). Néanmoins, l’absence d’un réseau officiellement responsable de la gestion des échouages sur le territoire polynésien, rendait laborieuse et irrégulière la prise en charge de ces cas.

Par manque de connaissances, notamment sur la responsabilité des communes ou des gestes à faire et à éviter en cas d’échouages, il apparaît que la gestion des échouages n’est pas toujours connue ni maîtrisée surtout dans les îles éloignées.

C’est pourquoi, la DIREN a mis en place en 2017, un Réseau Local d’Echouage (RLE) afin d’assurer la gestion des échouages survenant sur la territoire polynésien. Cette initiative permet une intervention plus rapide et plus efficace, assurant la sécurité de ces espèces protégées mais aussi celle de la population.

Afin d’établir le contact entre les différents acteurs (référents, élus, autorités, associations, grand public, etc.), ce réseau nécessite une animation et une gestion tout au long de l’année. Par ailleurs, de nombreux outils pédagogiques et supports de communication sont à réaliser pour guider les élus, les autorités, les administrations et les référents ainsi que le grand public.

Le succès des campagnes de communication et de sensibilisation réalisées de 2012 à 2017 par l’association Mata Tohora a amené la Direction de l’Environnement à solliciter cette association pour animer, sensibiliser, communiquer et gérer ce réseau.