«

»

Des baleines à bosse retardataires…

A Tahiti, aux îles sous le vents, aux Tuamotu, des baleines à bosse surprennent des observateurs !

 

Alors que la plupart des baleines migrent vers l’Antarctique courant décembre, de plus en plus sont observées tardivement dans nos eaux.

L’année dernière, des pêcheurs nous indiquaient leur présence au mois de janvier, un peu au large des îles et cette année encore certaines d’entre elles tardent à rentrer en Antarctique.
Des référents de notre réseau d’observations, qui habitent dans les Tuamotu, nous informent que certaines années, ils observent des baleines à ces périodes près des îles et ils ne semblent pas étonnés. Rassembler les informations et les observations est d’autant plus important sur un territoire aussi vaste que la Polynésie française qui compte près de 5 milliions de Km2.

Cette migration leur est cependant nécessaire pour pêcher le krill (petites crevettes), principale nourriture des baleines. En Polynésie, les eaux chaudes n’abritent pas une quantité de krilll suffisante à leur alimentation.
Même si des études récentes montrent que les baleines ont légèrement modifié leur alimentation vers une diversification (petits poissons), le krill (source importante de protéines) n’en reste pas moins leur aliment principal.

Dernières observations en 2018 -2019 :
mi-décembre 2018 : une baleine à bosse observée en face de la commune de Punaauia (Tahiti)
25 décembre 2018  : Une maman et son petit ont été observés au sud de Bora Bora, en déplacement en direction de Bora Bora
07 janvier 2019 : Une maman et son petit ont été observés à environ 5 Km au sud de Bora Bora, nageant en direction de Bora Bora
16 janvier 2019 :  3 baleines à bosse (dont un baleineau) observées au large de Bora Bora en direction de Tupai
Fin janvier 2019 : Une baleine à bosse observée proche d’une passe de Tahaa
Depuis octobre 2018 : baleines à bosse (couple maman-bébé) observées dans un lagon des Tuamotu

Nous remercions toutes les personnes qui nous aident à récolter ces précieuses informations et notamment Simon de Tohora Bora Bora et Hermann
Mauruuru maitai